Actualités France - Politique

Les élus énervés par la fermeture annoncée de la centrale thermique du Havre

Les personnalités politiques du Havre s’inquiètent par rapport à l’annonce programmée de la fermeture de la centrale EDF prévue pour 2023. Alors que le gouvernement avait décidé de fermer et transformer l’activité du site en 2035, les élus considèrent que cette fermeture inopinée pourrait avoir des conséquences pour la ville, le port et le personnel. A cet effet, les élus comptent rencontrer le gouvernement pour en savoir un peu plus.

La probable cessation d’activité de la centrale thermique EDF du Havre pour 2023, agite les élus de la ville du Havre. Le premier à avoir manifesté son inquiétude est le député-maire (LR) du Havre, Édouard Philippe. Une autre élue au nom de Catherine Troallic, députée PS de Seine-Maritime, a souhaité une réunion avec la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, qui a annoncé cette fermeture au cours, lors de la présentation du projet de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

Ainsi, le sort des cinq centrales à charbon est scellé, parmi lesquelles, celle du Havre. Mais, plusieurs élus ont annoncé lors d’une réunion au conseil municipal, qu’ils comptaient s’opposer à la fermeture de ces sites.

Le monde politique s’y oppose absolument

Plusieurs rumeurs fuitaient sur la fermeture de ce site de production mais le patron d’EDF se refusait à toute commentaire. En fait, la centrale a été confrontée à plusieurs changements pendant plusieurs années, les travailleurs obligés de s’adapter aux évolutions de l’entreprise.

L’uni 4 avait d’ailleurs été modernisé suite à des travaux lancés en 2014 visant à la rénové. Le coût des travaux avait coûté 160 millions d’euros. Une modernisation qui lui permettrait de pouvoir marcher jusqu’en 2035.

Mais au regard des investissements colossaux fait dans la centrale du Havre et les discours du PDG d’EDF, le conseil municipal de l’agglomération du Havre pense que la PPE ne répond pas à toutes les exigences » déplore Matthieu Brasse député PS qui souhaite que l’activité de la centrale puisse se poursuivre jusqu’en 2035 comme cela avait été décidé au départ par l’exécutif. Il ajoute que si la centrale venait à se fermer, cela aurait des retombées graves pour le port et pour le secteur industriel de la ville.