Actualités Faits divers

Un homme écope de seize mois de prison pour avoir violenté sa femme et son enfant

Le tribunal correctionnel de Versailles a condamné un père de famille de 30 ans lui interdisant de contacter sa campagne. Celui-ci a été condamné à huit mois de prison avec sursis.

Les faits se déroulent un lundi quand l’homme coléreux a roué de coups sa femme et son enfant d’à peine onze mois au cours d’une dispute alors qu’il était sous l’emprise de l’alcool.

Avertis, les policiers sont arrivés au domicile du couple et retrouvent la femme dans un état apeurée avec un œil au beurre noir.

D’après ses explications son époux qui venait de sortir de prison est revenu au domicile conjugal en compagnie d’un ami à la suite d’une soirée de débauche. Ce dernier lui a réprimandé pour le simple fait qu’il n’y ait pas à manger.

Par la suite, il détruit la télévision à l’aide d’un marteau. Ensuite, il a envoyé un coup de poing à sa femme au visage alors qu’elle avait à ce moment-là leur fils de onze mois dans les bras. D’ailleurs, ce dernier a aussi reçu des coups de poing. Pour éviter d’en recevoir plus, la dame est allée trouver refuge dans les toilettes ensuite dans le salon sous les menaces de son mari qui prédisait sa mort tout en cherchant un couteau. « J’étais effrayée », a révélé la femme aux officiers de police. Au cours d’une première rixe à la suite de laquelle, il avait été condamné, il avait poignardé sa femme d’un coup de couteau dans l’épaule.

Ce dernier avait été mis aux arrêts, au moment de partir de l’appartement. Chez lui, les policiers ont effectué une fouille et ont trouvé un pistolet d’alarme dans son sac.

Au cours de l’audience, il a une fois de plus refusé de reconnaître qu’il a commis des actes de violence, alors que les certificats médicaux le prouvaient.

« Je ne l’ai pas tapé et je ne l’ai pas menacé. Toutefois, je sais que je suis à l’origine des problèmes. Il me faut arrêter avec l’alcool et que je parte loin. Je suis d’ailleurs prêt à accepter la prison ». De plus, son avocate a préconisé des soins et qu’il soit encadré judiciairement.