France - Politique

Et si la langue anglaise perdait sa suprématie au sein de l’UE ?

Avec le Brexit, l’anglais pourrait être appelé à perdre sa légitimité dans l’UE. C’est en tout cas ce qu’a indiqué Robert Ménard.

C’est à Bruxelles que sont basées les institutions européennes et où sont organisées plusieurs séances du parlement européen.

Cependant, le parlement en question utilise plusieurs langues et celles ci sont appliquées su les documents, lors des échanges ; les textes sont traduits dans différentes langues que l’institution reconnaît par conséquent.

Actuellement dans l’UE, 24 langues officielles sont utilisées que ce soit à Bruxelles ou à Strasbourg. Pour qu’une langue puisse obtenir cette reconnaissance, il faut qu’elle soit la langue d’un pays membre et que cet état fasse la demande pour que sa langue puisse faire partie du registre.

L’anglais comme langue de travail de la Commission européenne…

Pour Jean-Luc Mélenchon, qui s’est apesanti sur ce cas, l’anglais n’est pas une langue utilisée pour le travail au sein du Parlement européen vu que plusieurs langues sont utilisées, bien qu’il y’ait certaines exceptions. 

Par conséquent, pour la Commission européenne, la langue de travail devrait demeurer l’anglais. Et si les langues comme le français, l’allemand et l’anglais sont les principales langues de travail dans la commission européenne, c’est surtout à cause de l’importance de la place qu’occupe ces états membres dans l’UE.